Les Français et la consommation durable – édition 2010

Etude Ethicity 300x273 Les Français et la consommation durable   édition 2010

Le cabinet de conseil Ethicity a présenté la semaine dernière les résultats de son étude intitulée « Les Français et la consommation durable ». Réalisée chaque année depuis 2004 auprès d’un panel de près de 4 500 personnes, cette étude permet de suivre l’évolution de l’attitude des Français vis-à-vis du développement durable en général, et de la consommation responsable en particulier.

 

Même si la tendance est à la baisse, 71% des Français estiment encore que le développement durable est une nécessité, et ils sont 60% à déclarer avoir changé leur comportement en faveur du développement durable en 2009. Cependant ces évolutions de comportement se retrouvent davantage dans des gestes tels que le tri des déchets (pour 84% des Français) et la réduction des consommations d’eau et d’énergie (pour 75% d’entre eux), que dans le choix de produits plus responsables (seulement 47%).

 

Globalement, les consommateurs ont encore besoin d’être rassurés sur les bénéfices des produits dits « responsables » : ils sont encore considérés comme trop chers, et pas forcément de meilleure qualité que les autres produits. Pourtant 45% des personnes interrogées déclarent qu’elles achèteraient davantage de produits durables si elles avaient des preuves concrètes que ces produits sont de meilleure qualité. Il y a manifestement également des efforts à faire au niveau marketing : seuls 9% des Français estiment que les produits de la consommation responsable ont un packaging plus moderne que les autres !

 

Mais qu’est-ce qu’un produit responsable au juste ? Pour les Français, un produit responsable doit en premier lieu être respectueux de l’environnement. Mais il doit aussi être fabriqué localement, pour favoriser le développement de l’emploi local et les économies de transport. Il doit respecter les différents intervenants lors de sa production (producteurs, salariés, etc), et être plus robuste que les autres produits afin d’être plus économique à l’usage dans la durée.

 

Pour valider ces différents critères, on pourrait penser que les labels sont la solution idéale aux yeux des consommateurs. Pourtant, même s’ils sont encore 65% à déclarer faire confiance aux produits portant un label de certification sociale et environnementale, ce chiffre est en baisse constante depuis 2006. La confusion règne, et aujourd’hui une majorité de Français estime qu’il y a trop de labels pour les produits durables…

 

Les Français sont également de plus en plus sceptiques face à la communication du « tout durable » : 53% pensent qu’il y a trop de messages publicitaires sur la consommation durable, tandis que 54% déclarent être méfiants sur le discours des marques et des entreprises en matière de développement durable. Plutôt que des discours formatés, les consommateurs réclament des preuves, du concret, de la proximité et de la transparence. Ainsi, les trois quarts d’entre eux estiment que les entreprises ne donnent pas assez d’informations sur les conditions de fabrication de leurs produits…

 

Enfin, deux tendances intéressantes se dégagent assez nettement dans cette étude : d’une part, une montée des préoccupations sociales lorsqu’on parle de responsabilité, tendance qui devrait inciter les entreprises à intégrer davantage le volet social du développement durable dans leurs politiques. D’autre part, un réel intérêt des Français pour la notion de biodiversité, qui semble être un enjeu fédérateur et capable de les mobiliser, puisqu’ils sont 88% à se déclarer prêts à modifier leurs comportements pour la préserver.

 

Téléchargez la synthèse de l’étude ici

Commentaires (1)

 

  1. [...] En effet, pas moins de 57% des Français estiment que les entreprises sont peu ou pas du tout mobilisées sur la thématique du développement durable. Et ils ne sont que 4% à penser qu’elles sont « très mobilisées ». Un résultat qui peut paraître étonnant quand on voit la quantité d’information diffusée par de nombreuses entreprises sur ce thème, et l’empressement des médias à la relayer. Mais apparemment le grand public est moins naïf que ce que les entreprises semblent penser, ou en tout cas il est devenu beaucoup plus exigent sur le sujet ! La méfiance croissante envers les entreprises et le manque de crédibilité accordé à leur discours « vert » se trouvent donc confirmés, ce qui est cohérent avec les résultats d’autres études récentes, comme par exemple celle du cabinet Ethicity. [...]

Ecrire un commentaire

Recherche

Abonnez-vous


RSS

Twitter

Facebook

Articles Populaires