Un guide pratique des allégations environnementales

guide allegations environnementales 215x300 Un guide pratique des allégations environnementales

Naturel, recyclable, renouvelable, responsable, durable, etc… Les mots utilisés par les entreprises pour vanter les qualités environnementales de leurs produits  et parler de développement durable ne manquent pas. Mais entre l’effet de mode et la tentation du greenwashing, difficile de s’y retrouver dans cette jungle de mots ! Comment les consommateurs, pas forcément experts de la question, peuvent-ils faire la part des choses et comprendre le sens réel de toutes ces allégations ? Et comment les entreprises peuvent-elles s’assurer qu’elles utilisent les bons termes dans leur communication ?

 

C’est pour répondre à ces questions que le Conseil National de la Consommation (CNC) a publié la semaine dernière un guide pratique d’une vingtaine de pages, baptisé « Guide pratique des allégations environnementales à l’usage des professionnels et des consommateurs ». L’objectif affiché de cet outil est d’aider le grand public à mieux comprendre les principaux termes utilisés, afin d’être en mesure de choisir les produits les plus respectueux de l’environnement. Dix termes et allégations sont ainsi explicitées : allégation, allégation environnementale, greenwashing, bio, biodégradable, durable, conforme à la réglementation, naturel, responsable, et sans substances X.

 

On y apprend par exemple que « Responsable exprime un véritable engagement de la part d’une organisation ou d’une entreprise qui adopte un comportement éthique et transparent qui contribue au développement durable, à la santé et au bien-être de la société. Cette allégation doit se traduire par des actions concrètes et mesurables. » En lisant cette définition, on voit déjà que de nombreuses entreprises qui utilisent ce mot à tort et à travers devraient peut-être reconsidérer la question… Ce guide leur est d’ailleurs également destiné, puisqu’il veut sensibiliser les professionnels, en particulier dans les PME, aux principes d’une communication environnementale sincère et précise.

 

Même si l’on peut saluer l’initiative, ce guide semble insuffisant pour avoir un réel effet sur le recours abusif aux arguments environnementaux par les entreprises. Quant aux consommateurs, combien seront-ils à avoir accès à ces informations ? La sortie d’un second guide est prévue en début d’année prochaine, avec huit nouvelles définitions. De son côté, la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) a indiqué qu’elle allait intensifier ses contrôles sur la loyauté des allégations environnementales, afin de limiter les pratiques commerciales trompeuses et de faire sanctionner les publicités mensongères.

 

 

Téléchargez le guide ici

Ecrire un commentaire

Recherche

Abonnez-vous


RSS

Twitter

Facebook

Articles Populaires