Top départ pour l’affichage environnemental

Lancement affichage environnemental 300x195 Top départ pour l’affichage environnemental

C’est le 1er juillet dernier qu’a été lancée l’expérimentation nationale sur l’affichage environnemental : pendant un an, plus de 160 entreprises volontaires, issues de tous secteurs, vont afficher les caractéristiques environnementales de leurs produits. Cette mesure issue du Grenelle de l’environnement est une première mondiale, puisqu’il s’agit d’un affichage à la fois multi-produits, multi-critères et multi-supports.

 

Les objectifs de l’expérimentation

Le premier objectif de cette phase d’expérimentation est de commencer à sensibiliser les consommateurs, de façon concrète et factuelle, aux différents impacts environnementaux liés aux produits qu’ils achètent. En prenant conscience de l’existence de ces impacts et en comprenant mieux leur nature, ils seront en principe plus enclins à consommer de manière responsable. Le deuxième grand objectif de l’opération se situe au niveau des entreprises : à travers l’expérimentation, elles seront amenées d’une part à mieux mesurer et comprendre les impacts de leurs produits, et également à trouver la meilleure manière de communiquer sur ces impacts auprès de leurs clients. Et il s’agit là d’un vrai défi, quand on connaît la complexité des impacts en question : ils sont multiples, varient parfois beaucoup en fonction de facteurs que les entreprises elles-mêmes ne maîtrisent pas toujours, et enfin ils sont difficiles à expliquer simplement à des personnes non initiées ! Voilà donc un des grands défis de l’expérimentation : faire comprendre à des consommateurs lambda des notions très techniques et complexes, en trouvant le juste milieu entre simplification et précision des informations…

 

Les caractéristiques de l’expérimentation

Contrairement à d’autres expériences précédentes vues en France ou à l’étranger, la force de l’affichage environnemental est qu’il sera à la fois multi-produits, multi-critères et multi-supports. Multi-produits, car à travers les entreprises et les groupements d’entreprises participantes, des très nombreux secteurs, et donc types de produits, sont concernés : alimentation, hygiène-beauté, habillement, équipement de la maison, etc.

 

Concernant les critères, c’est-à-dire les impacts environnementaux affichés, ils seront au minimum au nombre de trois : impact sur le changement climatiques (émissions de CO2), et deux autres critères à choisir parmi les nombreuses possibilités existantes (impacts sur l’eau, sur l’air, sur la biodiversité, épuisement des ressources naturelles, etc). La combinaison de plusieurs critères permet de donner une visibilité à différents types d’impacts, et de montrer par exemple qu’un produit faiblement émetteur de CO2 peut en revanche être beaucoup moins vertueux sur d’autres critères…

 

Enfin, l’affichage pourra être présent sur différents types de supports : directement sur les produits, sur un site internet ou à travers une application smartphone, mais aussi en magasin (sur les étiquettes de prix, sur des supports spécifiques ou sur le ticket de caisse). En plus de la variété des supports, il y aura une grande variété dans la façon de symboliser les données : en effet, chaque entreprise pourra choisir de les communiquer par une valeur brute, une note, un code couleur, etc.

 

A l’issu de la phase d’expérimentation, il est prévu que le gouvernement remette un rapport d’évaluation au Parlement. Cette évaluation, qui sera effectuée en continu pendant un an, portera notamment sur la fiabilité des données communiquées par les entreprises, le niveau de compréhension de l’affichage par les consommateurs, les résultats constatés sur les ventes des produits concernées, les coûts et bénéfices engendrés, etc. Si les résultats s’avèrent concluants, la généralisation de l’affichage environnemental à tous types de produits pourrait à terme être décidée.

 

Des exemples concrets

Voici quelques exemples de formats d’affichage environnemental par différentes entreprises :

 Affichage environnemental Lesieur Top départ pour l’affichage environnemental

Affichage sur un site internet : Lesieur

Affichage environnemental Conforama Top départ pour l’affichage environnemental

Affichage sur un site internet : Conforama

 

Affichage environnemental Leroy Merlin Top départ pour l’affichage environnemental

Affichage sur les étiquettes prix en magasin : Leroy Merlin

 

Affichage environnemental Virtuose Top départ pour l’affichage environnemental

Affichage sur le produit : une chemise de la société Virtuose

 

Affichage enviro smartphone Top départ pour l’affichage environnemental

Affichage à travers une application sur smartphone :
les appli Greencodeinfo et Proxyproduit

 

  

Une vraie avancée, mais aussi des points à améliorer

L’affichage environnemental constitue sans conteste une réelle avancée pour l’information des consommateurs et le développement d’une consommation plus responsable. Il aidera à faire des choix en connaissance de cause, et contribuera sans doute à une vraie prise de conscience individuelle de certains impacts jusque là peu connus. Et si cela influe sur les choix de consommation, cela influera également sur les entreprises, qui feront davantage d’efforts pour mesurer et réduire les impacts de leurs produits.

Cependant, de nombreuses questions restent en suspens. La première d’entre elle est l’accessibilité et la compréhension des informations par les consommateurs : différents supports, différents impacts, différents rendus des informations, le tout pour des données souvent complexes… Comment s’y retrouver dans tout cela lorsque l’on n’est pas expert du sujet, ni prêt à investir du temps pour trouver et comprendre les données communiquées par les entreprises ? L’exemple de Conforama mentionné plus haut est particulièrement parlant : « Epuisement des ressources : 7E-16 Année-1 ». C’est à croire que dans ce cas précis tout a été fait pour être sûr que personne n’y comprendra rien !! Pourtant lorsqu’il s’agit d’un nouveau produit ou d’une promotion, les équipes marketing sont en général tout à fait capables de simplifier les choses et de communiquer de manière efficace…

L’autre grande question est la fiabilité des données fournies par les entreprises, qui ne sera pas assurée car il n’y a pas de contrôles prévus. Rien ne garantira donc que ces informations seront robustes et pertinentes ! D’autre part, plusieurs entreprises concurrentes d’un même secteur (par exemple pour les lessives ou les bières) ont fait le choix d’agréger leurs données, afin de ne communiquer que des valeurs génériques par type de produit, empêchant ainsi la comparaison entre deux marques… Pas très fair play, alors que d’autres fabricants ont au contraire développé de vraies méthodologies pour essayer de fournir des mesures d’impacts les plus précises possibles par référence.

 

Les prochains mois seront donc particulièrement intéressants, et permettront de savoir si les consommateurs arrivent à s’y retrouver, s’ils utilisent les informations fournies à travers l’affichage environnemental et surtout si cela influe sur les ventes de certains produits ! Quant aux marketeurs, ils détiennent là une occasion unique de différencier leurs produits et leurs marques en communiquant sur leurs impacts et en sensibilisant leurs clients et leurs consommateurs à ces problématiques. Mais sauront-ils saisir cette opportunité ?

 

 

Plus d’information sur l’expérimentation ici

Commentaires (2)

 

  1. Habibois dit :

    Bonjour,

    Initiative louable. Mais le premier critère de comparaison de produits pour le consommateur semble rester le prix et autant les indices de consommation électrique sur les produits électroménagers pouvaient lui faire espérer une économie sur le long terme avec un affichage simple à comprendre (A-B-C-D…) autant ce type d’affichage ne touchera que sa « conscience écologique »…Si de plus il n’y a pas de normalisation de l’affichage pour permettre la comparaison et la compréhension…

  2. [...] Top départ pour l’affichage environnemental : tout savoir sur cette expérimentation unique en son [...]

Ecrire un commentaire

Recherche

Abonnez-vous


RSS

Twitter

Facebook

Articles Populaires