Rapport State of Green Business 2010 : les grandes tendances

state of green business 229x300 Rapport State of Green Business 2010 : les grandes tendancesPour la troisième année consécutive, le site américain greenbiz.com a publié un rapport intitulé State of Green Business, qui analyse les principales tendances en matière d’économie verte et présente un certain nombre d’indicateurs chiffrés. Bien que principalement centrés sur les Etats-Unis, les éléments mis en avant dans ce rapport se retrouvent en grande partie en France, et permettent de mieux comprendre les évolutions actuelles du green business.

 

Voici les 10 grandes tendances identifiées au cours de l’année 2009 :

 

Vers davantage de transparence

Les entreprises, sous la pression des consommateurs et aussi parfois des pouvoirs publics, doivent fournir de plus en plus d’informations concernant leurs produits et leurs impacts sanitaires, sociaux et environnementaux.

 

Le marketing des produits verts se complique

Les consommateurs deviennent de plus en plus exigeants, et n’achètent plus un produit simplement parce qu’il respecte l’environnement. Il doit également leur apporter d’autres bénéfices, mais sans être plus cher que les autres produits de sa catégorie ! Un challenge que les professionnels du marketing se doivent de relever s’ils veulent que leur offre reste compétitive à l’avenir.

 

Le rythme des innovations vertes s’accélère

Les innovations permettant d’améliorer les performances environnementales des produits et services se multiplient, et se propagent au sein de nombreuses industries. Elles concernent les matériaux, les technologies ou les méthodes de fabrication, et intéressent de plus en plus de secteurs économiques qui commencent à réaliser quels bénéfices ils peuvent en retirer.

 

Des flottes de véhicules d’entreprises plus vertes

Les entreprises ont compris qu’il était avantageux de faire évoluer leurs flottes de véhicules, qu’ils s’agissent de voitures de fonction ou de camions de livraison. En intégrant plus de véhicules hybrides, électriques ou adaptés aux biocarburants, et en formant leurs salariés à l’éco-conduite,  elles peuvent réduire leurs émissions de carbone tout en améliorant leur image.

 

L’efficacité énergétique devient un sujet central

Pour réduire leur empreinte carbone tout en faisant des économies substantielles, les entreprises se mettent à investir massivement dans des équipements permettant de diminuer leurs consommations électriques : on constate un fort développement des logiciels de gestion des consommations, et plus généralement des solutions informatiques permettant de réduire sa facture énergétique.

 

L’informatique pour sauver la planète

En plus des solutions évoquées dans le paragraphe précédent, le « green IT » offre de très nombreuses possibilités pour aider à réduire les impacts environnementaux des entreprises : depuis les téléconférences qui évitent les déplacements inutiles jusqu’au smart grids qui promettent des réseaux de distribution d’électricité intelligents, en passant par tous les logiciels qui aident à gérer ses émissions de GES, à analyser les impacts de ses produits ou à mettre en place des politiques d’achats responsables.

 

La chasse aux produits toxiques

Depuis plusieurs années la présence de substances toxiques dans de nombreux produits de consommation courante fait régulièrement la une de l’actualité, et en 2009 ce phénomène n’a fait que s’amplifier. Les entreprises travaillent désormais activement à supprimer les éléments toxiques de leurs produits ou de leurs procédés de fabrication, poussées par la pression des consommateurs et également par la mise en place de nouvelles législations telles que le règlement européen REACH.

 

Les entreprises du secteur agro-alimentaire en alerte

Le secteur agro-alimentaire commence à se remettre en question et à mettre en place de nouvelles pratiques plus vertueuses : réduction de l’utilisation de produits phytosanitaires, sécurisation des approvisionnements, relocalisation pour répondre à la demande croissante de produits locaux, changement de stratégie pour tenter d’éviter la disparition de certaines espèces (notamment de poissons, à cause de la surpêche).

 

La révolution du packaging

Nouveaux matériaux plus respectueux de l’environnement, nouveaux systèmes plus facilement recyclables, et surtout réduction des quantités de matière utilisées pour le packaging et l’emballage des produits sont au programme pour une majorité d’entreprises.

 

Les technologies vertes à la rencontre du green business

Les « cleantech », qui étaient pour la plupart encore au stade de la R&D, commencent à arriver sur le marché et à devenir une partie intégrante du green business. Elles sont également de plus en plus visibles pour le grand public, pour qui les panneaux solaires ou les voitures électriques deviennent une réalité et non plus un simple concept.

 

 

On constate ainsi que même si la crise a ralenti le rythme de certains investissements en 2009, la tendance reste encore très positive, et une majorité d’entreprises a pris conscience de la nécessité de s’adapter et d’innover pour ne pas passer à côté des opportunités du green business.

 

 

Pour télécharger le rapport State of Green Business 2010 (en anglais), cliquez ici

Commentaires (1)

 

  1. Jérôme dit :

    Cela montre que le développement durable n’est plus un « bonus » utilisé à des fins de différenciation concurrentielle, mais est bien devenu central et indispensable à l’entreprise.
    Le développement durable va durablement intégrer la stratégie même des entreprises (et peut être l’opérationnel pour des résultats plus probants…).

Ecrire un commentaire

Recherche

Abonnez-vous


RSS

Twitter

Facebook

Articles Populaires