Les Français font évoluer leurs habitudes en faveur de l’environnement

Credoc Les Français font évoluer leurs habitudes en faveur de l’environnement

On entend beaucoup parler d’environnement depuis quelques années, mais cela conduit-il réellement à une modification des habitudes et des comportements ? C’est pour tenter de répondre à cette question que le Credoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) vient de publier les résultats d’une analyse issue de son étude annuelle « Conditions de vie et aspirations ». Il semblerait effectivement que les pratiques évoluent dans le bon sens, même si c’est à un rythme plutôt mesuré !

 

Dans de nombreux domaines, on constate donc des changements significatifs dans le comportement des ménages au cours des quinze dernières années, que ce soit dans le domaine des transports, des déchets ou encore de la consommation. Par exemple, le rapport à l’automobile semble évoluer : ainsi, seuls 59 % des 18-24 ans disposent aujourd’hui d’une voiture (contre 74 % il y a vingt ans), et les nouvelles générations utilisent de moins en moins ce moyen de transport.

 

Autre exemple significatif : lorsqu’il s’agit d’économiser l’eau, les Français répondent présents : ils sont 66 % à faire attention à fermer le robinet pour éviter le gaspillage inutile, alors qu’ils n’étaient que 52% en 1995. On peut d’ailleurs constater des résultats concrets, puisque les volumes d’eau prélevés par les particuliers ont baissé de 3% entre 1995 et 2010, alors que la population a augmenté de 7% sur cette même période. Plus intéressant encore, il semblerait que les motivations à agir aient également évoluées : « En 1995, les conduites économes étaient principalement motivées par le souhait d’alléger la facture. Aujourd’hui, et malgré la crise économique, les considérations budgétaires passent au second plan : c’est le désir de préserver une ressource naturelle qui prime » précise le Credoc.

 Etude credoc 1 263x300 Les Français font évoluer leurs habitudes en faveur de l’environnement

 

Cette sensibilité environnementale accrue se retrouve également dans les comportements d’achat. Alors qu’en 2005 seuls 43% des Français avaient recours à des sacs réutilisables pour faire leurs courses, ils sont plus de 80% aujourd’hui. Les ménages font également de plus en plus attention, au moment même de l’achat, à la quantité de déchets que leur consommation risque d’engendrer. L’attention portée à la quantité de carton, de plastique, d’acier ou de verre entourant les produits achetés est particulièrement développée chez les individus les plus habitués à trier leurs déchets. Une fois l’achat effectué, les ménages cherchent à prolonger au maximum la durée de vie de leurs produits. L’achat et la vente de produits d’occasion se multiplient, permettant d’offrir une deuxième vie aux objets et de limiter le gaspillage. On retrouve là encore une double motivation, à la fois économique et écologique.

 

L’envolée de la consommation de produits bio est l’une des conséquences les plus visibles de la montée en puissance des questions environnementales. Alors que le bio était auparavant réservé à une minorité de ménages aisés, il se démocratise et rencontre un certain succès même auprès des catégories modestes. Et l’augmentation de l’offre de produits bio en rayon, la bonne identification du label AB par les consommateurs, ainsi que la recherche de produits bons pour la santé et au goût préservé, ont contribués à renforcer la tendance.

 

Si quatre personnes sur dix déclarent tenir compte, lors de leurs achats, des engagements de citoyenneté que prennent les entreprises, seuls 13% des personnes interrogées sont véritablement passées à l’acte au cours des 6 derniers mois. Un des freins à l’action est la difficulté éprouvée par les consommateurs à repérer en rayon les produits vraiment « responsables ». Il existe également une certaine suspicion à l’égard des engagements environnementaux des entreprises : les abus du greenwashing sont passés par là, et les consommateurs ne veulent plus se faire avoir ! Certains vont même jusqu’à décider de boycotter les produits des entreprises dont ils réprouvent le comportement : un phénomène encore marginal, mais qui est en augmentation.

 Etude credoc 2 Les Français font évoluer leurs habitudes en faveur de l’environnement

 

Même si l’on constate une réelle évolution des comportements des Français, le Credoc souligne à juste titre que les progrès sont encore insuffisants pour faire face aux enjeux environnementaux. En effet, on peut difficilement demander aux ménages de faire à eux seuls tous les efforts nécessaires. L’accompagnement des pouvoirs publics, mais aussi l’implication des entreprises, sont indispensables !

 

Plus d’info : www.credoc.fr

Ecrire un commentaire

Recherche

Abonnez-vous


RSS

Twitter

Facebook

Articles Populaires