Les Européens et la consommation durable

Une enquête Eurobaromètre sur l’attitude des Européens face à la consommation et à la production durables vient d’être publiée. L’objectif de cette étude est d’évaluer le niveau de connaissance et de préoccupation des européens sur ces questions. Plus de 26 000 personnes ont été interrogées à travers  les 27 pays de l’union, essentiellement grâce à des entretiens téléphoniques.

Plus de 80% des Européens trouvent que l’impact d’un produit sur l’environnement est un critère important lors de leur décision d’achat, même si ce sont les critères de qualité et de prix qui priment. Cependant ils sont moins de la moitié à affirmer que la présence d’un label écologique joue un rôle important dans leur décision d’achat. Environ 40% des citoyens de l’UE connaissent ou ont entendu parler de l’Ecolabel Européen, mais seulement 19% d’entre eux ont déjà acheté un produit porteur de ce label.

55% des Européens déclarent connaître les impacts environnementaux des produits qu’ils achètent ou qu’ils utilisent, et ce pourcentage atteint même 78% pour les Français ! Un résultat étonnant, qui montre que les consommateurs ignorent probablement la complexité de ces impacts et de leur mesure. 46 % des personnes interrogées pensent que la meilleure façon de promouvoir les produits respectueux de l’environnement est de diminuer les taxes qui frappent ces produits, tout en augmentant les taxes sur les produits qui dégradent l’environnement. Quant à l’étiquetage environnemental indiquant l’empreinte carbone des produits, ils sont 72% à considérer qu’il devrait être obligatoire !

Les Européens sont très partagés quand il s’agit de faire confiance aux allégations des entreprises qui vantent les performances environnementales de leurs produits: la moitié d’entre eux font confiance à ces affirmations, l’autre reste sceptique, et les résultats sont très variables d’un pays à l’autre.

Lorsqu’on leur demande quelles sont les actions qui sont les plus à même de résoudre les problèmes environnementaux actuels, les Européens placent la réduction des déchets et le recyclage en première position, suivi par le fait d’acheter des produits fabriqués de façon « propre ». Ils sont en revanche peu nombreux à penser qu’il est important de changer de modes de transport ou d’économiser l’eau…

Pour télécharger l’intégralité de l’étude (en anglais), cliquez ici

Ecrire un commentaire

Recherche

Abonnez-vous


RSS

Twitter

Facebook

Articles Populaires