Les consommateurs face aux produits bio

légumes 243x300 Les consommateurs face aux produits bio

Le salon des Etudes Marketing, Media & Opinion (SEMO) a eu lieu cette semaine au Palais des Congrès à Paris. Carrefour de rencontres et d’échanges entre les instituts d’études et les décideurs marketing en entreprise, il a permis à travers de nombreuses conférences de faire le point sur les dernières nouveautés en matière d’études, et de présenter des résultats concrets.

 

L’institut Lb Qualitative Research, spécialisé dans les problématiques liées à la consommation responsable, a présenté en partenariat avec la société Kynos les résultats d’une étude destinée à comprendre la perception du Bio par le consommateur. Grâce à une approche quali-quanti mêlant outils traditionnels et online, et plutôt centrée sur une population urbaine, l’étude a permis de mieux cerner la vision et les motivations des consommateurs réguliers ou occasionnels de produits bio.  Une majorité d’entre eux associent le Bio à des produits alimentaires naturels et sains, de bonne qualité et sans risque pour la santé, et qui constituent un moyen de protéger la planète. Lorsqu’on leur demande ce qui les a amenés vers le Bio, un tiers des répondants indiquent une prise de conscience due à la pression médiatique, et un quart mentionnent une cause individuelle, par exemple l’arrivée d’un enfant. 95% pensent que le Bio va continuer à se développer, mais seulement 19% estiment qu’à terme tous les produits seront bio.

Parmi les reproches faits au Bio, c’est leur prix trop élevé qui arrive en tête, suivi par leur manque d’accessibilité, et par l’effet de mode trop important dont profitent les industriels. Le manque d’efficacité est également cité en ce qui concerne les cosmétiques bio, tandis que pour l’alimentaire  les consommateurs regrettent la moins bonne conservation des produits et leur goût et texture parfois étranges (notamment pour les produits transformés).

Il est intéressant de noter que le Bio est essentiellement associé à des produits, et non pas à des marques ou des labels. Seul le label AB est assez bien reconnu, mais tous les autres semblent très flous pour les consommateurs. Certains remettent même en cause l’existence de ces labels, car ils estiment qu’ils sont peu accessibles aux petits producteurs.

Les consommateurs sont globalement en attente d’une meilleure accessibilité et de prix plus raisonnables pour acheter davantage de produits bio, mais ils confient être encore très attachées à certaines grandes marques non bio, notamment en raison des qualités sensorielles (goût, texture, parfum) supérieures de leurs produits.

 

Une autre étude présentée par IRI France sur les comportements d’achat des consommateurs en hyper et supermarchés a livré quelques éléments intéressants. D’une part, elle montre qu’aujourd’hui on constate un décalage important entre les déclarations des consommateurs sur leurs préoccupations environnementales et les achats qu’ils effectuent réellement en magasin, en particulier sur l’alimentaire. D’autre part, elle indique que pour les produits bio, une part importante des achats se décide en magasin, d’où l’importance d’investir en rayon (PLV, animations) pour mieux convaincre les acheteurs potentiels.

 

Plus d’infos : site LB Qualitative Research www.lb-qr.com

Commentaires (2)

 

  1. BOISIER Laure dit :

    Nous sommes heureux pour compléter le message du Blog du Marketing Durable concernant la Perception du Bio par le consommateur de vous mettre à disposition la totalité de nos résultats d’étude.

    Suivre ces liens pour y accéder :

    http://www.lb-qr.com/contenus/.....SEMO09.pdf

    http://www.modalisa.com/percep.....Quanti.pdf

    Laure Boisier
    Lb Qualitative Research
    http://www.lb-qr.com

    Antoine Decaris
    Kynos – Modalisa
    http://www.modalisa.com

  2. Daumin dit :

    Vos deux premiers liens ne fonctionnent pas

Ecrire un commentaire

Recherche

Abonnez-vous


RSS

Twitter

Facebook

Articles Populaires