Lancement du 2ème prix Pinocchio du développement durable

Prix Pinocchio 297x300 Lancement du 2ème prix Pinocchio du développement durable

Pour la deuxième année consécutive, l’association de protection de l’environnement Les Amis de la Terre met en place le Prix Pinocchio du développement durable. Le principe consiste à identifier les entreprises françaises les moins vertueuses en matière de développement durable, et notamment celles pour lesquelles le décalage entre leur discours et leurs actes est le plus flagrant. Trois catégories sont prévues : environnement, droits humains et greenwashing.

Douze entreprises sont donc nominées cette année, et vont être soumises au vote du public. En effet, Les Amis de la Terre ne se contente pas de dénoncer les abus de certaines entreprises, mais souhaite impliquer le public pour mieux lui ouvrir les yeux. Inutile de préciser que pour les sociétés visées, l’impact en terme d’image peut être désastreux… En 2008, le Prix Pinocchio avait été attribué à Areva dans les catégories « environnement » et « greenwashing », et au groupe Louis Dreyfus dans la catégorie « droits humains ».

Pour l’édition 2009, les entreprises nominées sont les suivantes :


Catégorie « droits humains »
> Perenco, une compagnie pétrolière indépendante d’exploitation et de production, pour la mise en place d’une exploitation pétrolière au Pérou au mépris des populations autochtones vivant sur place.
> Le Crédit Agricole, pour des actions qu’il détient dans une entreprise qui fournit la junte birmane en matériel militaire.
> Michelin, pour avoir détruit la forêt et les cultures dont vivaient des communautés locales au Nigéria, au profit d’une plantation d’hévéa destinée à produire du caoutchouc.
> Le groupe Bolloré, pour l’exploitation de salariés dans des plantations d’huile de palme au Cameroun.


Catégorie « Environnement »
> Total, pour sa participation à un énorme projet pétrolier au Kazakhstan, qui présente de nombreux risques pour l’environnement.
> BNP Paribas, pour le financement d’un projet pétrolier et gazier en Russie qui menace les dernières baleines grises occidentales du monde.
> La Société Générale, pour le financement qu’elle accorde à une société minière qui détruit illégalement des forêts indiennes très riches en biodiversité.
> Areva, pour le transport de combustible nucléaire dans des conditions de sécurité insuffisantes.


Catégorie « Greenwashing »
> EDF, pour sa campagne  « Changer d’énergie ensemble », qui vante les actions de l’entreprise en faveur des énergies propres, alors que le budget de cette campagne est lui-même plus élevé que le budget R&D consacré par EDF à ces énergies…
> Herta, pour sa campagne « Herta s’engage sur le 100 % naturel », qui induit le public en erreur de par les mots employés et sa composition graphique, et qui exagère le côté réellement vert du produit.
> Peugeot, pour sa campagne sur la 207 diffusée à La Réunion, qui sous-entend qu’acheter cette voiture est bon pour l’environnement !
> France Betteraves, pour sa campagne sur le bioéthanol de betterave, qui surestime les avantages liés aux agrocarburants fabriqués à base de betterave.

Les résultats seront annoncés le 24 novembre au cours d’une cérémonie de remise des prix organisée  à Paris par Les Amis de la Terre et l’association de solidarité internationale Peuples Solidaires.

Plus d’infos : www.prix-pinocchio.org

Commentaires (1)

 

  1. Emilie dit :

    Parfois on a l’impression que certaines entreprises font tout ce qu’elles peuvent pour se discréditer… A quoi cela leur sert-il de dépenser des millions en communication s’il n’y a aucune cohérence avec leurs actes ??

Ecrire un commentaire

Recherche

Abonnez-vous


RSS

Twitter

Facebook

Articles Populaires