Biodiversité

butterfly 300x209 Biodiversité

On appelle biodiversité la diversité des organismes vivants, ainsi que des écosystèmes dans lesquels ils vivent. Composante essentielle du développement durable, la préservation de la biodiversité est considérée comme le deuxième grand enjeu environnemental mondial, au côté du changement climatique.

 

Lorsqu’on parle de biodiversité, on fait référence aux trois éléments qui la composent :

- la diversité des espèces, qu’elles soient animales ou végétales

- la diversité génétique des individus au sein de chaque espèce

- la diversité des écosystèmes, c’est-à-dire des ensembles dynamiques composés d’animaux, de végétaux et de micro-organismes qui interagissent entre eux et avec leur environnement.

 

Les écosystèmes fournissent de très nombreux services essentiels à l’homme et à sa survie.  Appelés « services écosystémiques », ils sont en général classés en quatre catégories :

- les services d’approvisionnement, c’est-à-dire les produits provenant de la nature, tels que l’eau, la nourriture, le bois, et plus généralement toutes les matières organiques.

- les services de régulation naturelle, qui sont la régulation du climat, de la pollution, de certaines maladies, de l’érosion, des inondations ou encore de la pollinisation.

- les services culturels, qui sont des bénéfices intangibles comme les loisirs, l’intérêt esthétique et pédagogique, l’enrichissement spirituel, etc.

- les services de soutien, constitués par les processus naturels servant de support aux autres services : production de biomasse, cycle des nutriments, etc.

 

Peu d’entreprises ont conscience de leur dépendance et de leurs impacts sur la biodiversité. Pourtant de nombreux secteurs d’activités dépendent directement des services rendus par les écosystèmes : l’industrie agro-alimentaire, l’industrie pharmaceutique et cosmétique (à travers les principes actifs utilisés dans leurs produits), la filière bois-papier, le secteur textile, une grande partie de l’industrie touristique, etc. Et même en dehors de ces secteurs économiques, toutes les entreprises ont des liens plus ou moins directs avec les écosystèmes, ne serait-ce que par les effets liés à leurs activités.

 

Ainsi, les entreprises ont tout intérêt à étudier de prêt leur niveau d’impact et de dépendance vis-à-vis de la biodiversité, afin de pouvoir identifier les risques et les opportunités qui en découlent. Il peut s’agir par exemple de risques tels que la rupture d’approvisionnement de certaines matières premières ou la forte hausse de leur prix, de risques liés à l’évolution de la réglementation ou encore de risques d’image et de réputation. A l’inverse, les opportunités liées à la biodiversité sont nombreuses : économies provenant de la rationalisation de l’utilisation de l’eau, renforcement de la chaîne d’approvisionnement, développement de nouveaux produits et ouverture de nouveaux marchés, avantage concurrentiel obtenu par la mise en place de nouveaux modèles économiques, renforcement des liens avec les parties prenantes, etc.

 foret 300x225 Biodiversité

Il est aujourd’hui urgent d’agir pour préserver la biodiversité et maintenir les nombreux services rendus gratuitement par les écosystèmes. En effet, les activités humaines ont entraîné une forte dégradation de la biodiversité, en particulier depuis le début de l’ère industrielle. Le Millenium Ecosystem Assessment, un vaste programme international destiné à évaluer l’état des écosystèmes à travers le monde, a mis en évidence l’importance de ce phénomène. Les causes sont multiples : dégradation des milieux naturels, surexploitation des ressources, pollution de l’eau, de l’air et des sols, dérèglement du climat, introduction de nouvelles espèces hors de leur milieu naturel, etc. Rien qu’en France métropolitaine, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) estime qu’une espèce d’oiseaux nicheurs sur quatre, un amphibien et un reptile sur cinq, un poisson d’eau douce sur cinq et une espèce de mammifère sur dix sont menacés d’extinction.

 

La question de la valeur économique des services écosystémiques est actuellement au centre de nombreux débats, et fait l’objet d’une étude intitulée The Economics of Ecosystems and Biodiversity, dirigée par Pavan Sukhdev. Ce point est en effet essentiel pour permettre une meilleure prise en compte de la biodiversité par les entreprises, mais aussi par les gouvernements et les organismes internationaux. Certains économistes estiment d’ailleurs que les coûts liés à la dégradation des écosystèmes représentent plusieurs dizaines de milliards de dollars par an ! Et plusieurs études ont déjà permis de démontrer que les bénéfices générés par une protection efficace de la biodiversité sont bien supérieurs aux coûts engendrés.

 

2010 est l’année internationale de la biodiversité : il est temps pour les entreprises de considérer la préservation de la biodiversité comme un investissement (et non pas simplement comme un coût), et d’en faire l’un des piliers de leur politique de développement durable.

 

Plus d’infos :

Site français de l’année international de la biodiversité : http://www.biodiversite2010.fr

Site de l’étude The Economics of Ecosystems and Biodiversity : http://www.teebweb.org

Ecrire un commentaire

Recherche

Abonnez-vous


RSS

Twitter

Facebook

Articles Populaires