Quelques règles simples pour éviter le greenwashing…

green checklist 300x256 Quelques règles simples pour éviter le greenwashing...

Depuis quelques années,  le nombre d’entreprises qui ont recours à des thèmes environnementaux dans leur communication a littéralement explosé. L’environnement est au cœur des préoccupations des consommateurs et fait la une des médias, alors pourquoi ne pas en profiter ? Bonne question, pour laquelle il existe une réponse très claire : « en profiter », cela conduit en général à un phénomène si répandu qu’il a même eu droit à son propre nom ! Il s’agit bien entendu du greenwashing, autrement dit l’utilisation abusive d’arguments écologiques dans une communication, dans le but de faire apparaître un produit plus vert qu’il ne l’est réellement…

 

Le greenwashing, tout le monde en parle, et de nombreuses études démontrent que le grand public devient de plus en plus méfiant à cet égard, au point de saturer et de ne plus vouloir entendre parler d’environnement en publicité… Mais alors pourquoi les entreprises sont-elles encore si nombreuses à se rendre coupables de greenwashing ? Même les plus grandes marques, censées protéger soigneusement leur réputation, s’en donnent à cœur joie : Le Chat, Audi, Total, Nespresso, BN, Renault, etc. La liste est malheureusement bien longue !

 

Serait-il donc si difficile de communiquer sur des thèmes environnementaux sans verser systématiquement dans le greenwashing ?  Voici quelques conseils de base pour aider votre entreprise à ne pas tomber dans le côté obscur de la force…

 

Choisissez soigneusement le ou les produits pour lesquels vous désirez communiquer en utilisant des arguments écologiques

Cela peut paraître évident, mais si le produit en question n’a rien de vert, alors mieux vaut communiquer sur un autre thème !! Et pour information, un simple packaging en carton recyclé ne suffit pas à rendre un produit écologique…  La règle numéro 1, que beaucoup d’entreprises semblent oublier, est donc de rendre son produit réellement « vert » avant d’engager une communication sur un thème environnemental.

 

Donnez des preuves, des vraies

Les mots n’engagent pas à grand chose, les preuves concrètes sont beaucoup plus crédibles, et c’est cela que les consommateurs recherchent aujourd’hui. La présence d’un label officiel reconnu aura toujours beaucoup plus de poids qu’une vague auto-déclaration… Et attention au retour de bâton si vous vous risquez à avancer des arguments non fondés, cela peut ternir la réputation d’une marque et lui faire perdre la confiance de ses clients pour longtemps.

 

Soyez précis

Evitez les formules générales du type « meilleur pour la planète », qui ne veulent rien dire et ne donnent pas confiance. Précisez également sur quoi portent vos arguements environnementaux : sur le produit, son processus de fabrication, son packaging ? De même, choisissez soigneusement vos mots, afin qu’ils ne puissent pas induire le public en erreur.

 

N’en faites pas trop !

Restez honnête sur les qualités environnementales de vos produits. Il n’existe pas de produits sans aucun impact, et les consommateurs acceptent volontiers cet état de fait, à condition qu’il n’y ait pas de surpromesse. Beaucoup d’entreprise veulent donner une image parfaite de leurs produits du point de vue environnemental, alors qu’un discours qui explique les progrès effectués et ceux qui restent encore à faire sera en général bien mieux perçu ! De même, mieux vaut rester humble et éviter de se poser en sauveur de la planète…

 

Enfin, lisez tout simplement la « recommandation développement durable » de l’ARPP ! Elle présente en quelques pages le détail des règles essentielles à respecter en la matière.

 

Téléchargez la recommandation de l’ARPP ici

Commentaires (2)

 

  1. Philippe B. dit :

    Merci pour ces conseils, qui tombent sous le sens mais qui pourtant sont loin d’être appliqués par tous !

  2. aimene kiche dit :

    c cool

Ecrire un commentaire

Recherche

Abonnez-vous


RSS

Twitter

Facebook

Articles Populaires