Améliorer l’éco-conception des produits textiles

Guide WWF ecoconception textiles 230x300 Améliorer l’éco conception des produits textiles

Alors que l’éco-conception des produits se développe dans de nombreux domaines, les initiatives du secteur textiles-habillement en la matière sont encore assez limitées. En effet, même si les démarches d’éco-conception sont souvent génératrices d’innovations et différenciation, elles sont perçues comme particulièrement compliquées à mettre en place dans ce secteur. Pour aider les acteurs à initier ce type de démarche, le WWF France vient de publier un « Guide Eco-conception des produits textiles – habillement », réalisé en partenariat avec l’association Yamana, le cabinet EVEA et des professionnels de la filière textile.

 

L’objectif de ce guide est de donner des clés de compréhension et des conseils pratiques pour permettre aux différents professionnels impliqués de mieux appréhender les enjeux et les possibilités d’action au sein de la filière textile. Il s’agit donc d’une lecture utile et particulièrement instructive pour tous les responsables de marques textiles, car les enjeux sociaux et environnementaux de cette filière sont nombreux : mauvaises conditions de travail, travail des enfants, forte consommation d’eau et de pesticides, érosion des sols, etc. On apprend ainsi que près de 25% des substances chimiques produites dans le monde sont utilisées par la filière textile, et que le coton bio représente moins de 1% de la production mondiale de coton.

 

La guide explique également quelles sont les différentes étapes du cycle de vie d’un produit textile (culture des fibres, production des étoffes, confection, distribution, transports, entretien, fin de vie), et les principaux types d’impacts associés à chacune d’entre elles. Il met en lumière les bonnes pratiques à privilégier pour chaque étape, qui sont autant de pistes d’action dont on peut facilement s’inspirer. La dernière partie du guide est composée de 8 fiches pratiques très opérationnelles, avec par exemple une grille pour l’analyse des fournisseurs, une liste des substances chimiques dangereuses, ou encore un comparatif des différents labels appliqués aux textiles.

 

S’il est essentiel de travailler en amont sur les phases de production des produits, d’autres phases du cycle de vie des produits textiles peuvent donner naissance à des actions relativement faciles à mettre en oeuvre. Par exemple, lorsqu’on sait que près de 80% des consommations d’eau et d’énergie proviennent de la phase d’entretien des textiles par les consommateurs (lavage et séchage), on comprend que le marketing a un vrai rôle à jouer. Ainsi, pourquoi ne pas indiquer sur les étiquettes, à côté des conseils d’entretien classiques, des indications encourageant les consommateurs à laver leur linge à basse température, à utiliser la juste dose de lessive, etc. 

 opé la halle aux vêtements Améliorer l’éco conception des produits textiles

La fin de vie des produits présente également de nombreuses possibilités, avec des opérations qui peuvent être pilotées par les fonctions marketing. En effet, seulement 106 000 tonnes d’articles textile-habillement sont collectées chaque année en France par diverses associations (Emmaüs, Croix Rouge, etc), ce qui représente une très faible quantité par rapport aux volumes vendus ! Il y a pourtant des solutions intéressantes à mettre en place. La marque Uniqlo vient par exemple de lancer un nouveau service dans son magasin de Paris Opéra : les clients ont la possibilité de rapporter leurs vêtements Uniqlo usagés, qui seront ensuite triés et distribués à des ménages modestes via le Samu Social. En juin dernier, la chaîne La Halle aux Vêtements avait elle aussi lancé une action du même type, grâce une opération de collecte de vêtements en partenariat avec Emmaüs : des stands de collecte installés devant les magasins permettaient de donner ses vieux habits en échange d’un bon d’achat.

 

Même si l’éco-conception des produits textiles est parfois complexe à appréhender, la mise en place d’une telle démarche peut s’avérer gagnante et constituer un vrai plus pour les marques. On peut citer notamment l’exemple récent de Carrefour, qui a converti une partie de sa gamme de serviettes éponges au coton biologique, après un long travail avec ses fournisseurs pour améliorer la traçabilité des produits. Malgré un prix légèrement supérieur aux serviettes éponges standards, ce changement s’est traduit par une augmentation significative des ventes, signe que les consommateurs sont eux aussi prêts à agir !

 

 

Consultez et téléchargez le Guide Eco-conception des produits textiles – habillement  ici

Ecrire un commentaire

Recherche

Abonnez-vous


RSS

Twitter

Facebook

Articles Populaires